Charles Baudelaire (Pensées)

Publié le par Rosario Duarte da Costa

 

 

 

Baudelaire

 

Les nations n’ont de grands hommes que malgré elles

 - comme les familles.

Charles Baudelaire !

Rosario Duarte da Costa

Copyright

09/10/2012

 

  http://baudelaire.litterature.com

 

 

Le Spleen de Paris

Charles Baudelaire, par Nadar (1856)

Un recueil de textes en prose auquel Baudelaire consacra les dernières années de sa vie : c'est Le Spleen de Paris, qui ne sera publié intégralement que deux ans après sa mort. L'un des grands poètes du XIXème siècle- si ce n'est le plus grand - Baudelaire n'a jamais cessé d'écrire en prose. Ses premières publications furent celle d'un critique d'art (les Salons de 1845 et 1846) et d'un romancier (La Fanfarlo). Il conclut ses activités prosaïques par Le Spleen de Paris. Le sous-titre de l'oeuvre, Petits Poèmes en Prose, amorce l'explication de cette confrontation entre prose et poésie dans l'œuvre de Baudelaire. Poète avant tout, il s'est toujours attelé à un décloisonnement des genres littéraires. « Sois toujours poète, même en prose... » Même si Le Spleen de Paris s'éloigne de l'exercice poétique par sa forme, il n'en reste pas moins de la poésie, attaché au langage métaphorique et imagé. Ce mélange des genres ne s'arrête pas là puisqu'on retrouve dans ce recueil des textes se rapprochant davantage d'une critique, d'un essai ou d'une nouvelle. En regroupant ces textes, Baudelaire ne crée pas un genre, mais s'adonne simplement à évaluer l'ensemble des potentialités de l'écriture.

Pages li�es

Arsène Houssaye
Gravures de Charles Méryon
Charles Méryon
Baudelaire et Paris : dérive

Publié dans Poésie

Commenter cet article