« Swamplandia » de Karen Russell

Publié le par Rosario Duarte da Costa

image: Babelio

 

Karen Russell

« Swamplandia »

(éditions : Albin Michel)

Traduit par : Valérie Malfoy

 

L’autre jour, j’ai lu sur Libération un article de Claire Devarrieux

concernant un auteur américain : Karen Russell,  qui selon-elle,

publie un «Roman luxuriant ».

Si l’on se tient à l’article, le roman paraît un contraste de réalité et

de science-fiction et, en le procurant, j’ai fini par le lire et atterrir

en Floride au milieu des marécages et des alligators où, le rêve des enfants se voit devant un mur limité.

Rosario Duarte da Costa

Copyright

30/09/2012


Par videos, le 03/08/2012

www.babelio.com

Karen Russell - Swamplandia

« Quand on n'est qu'au commencement de la fin, on peut très bien se croire déjà au milieu. Quand j'étais petite, je ne voyais pas ces nuances. C'est seulement après la déchéance de Swamplandia que le temps s'est mis à avoir comme un début, un milieu et une fin. En bref, je peux résumer toute l'histoire d'un seul mot : chute. » "Swamplandia" a longtemps été le parc d'attractions le plus célèbre de toute la Floride, et sa star, Hilola Bigtree, dompteuse d'alligators de classe internationale, cuisinière exécrable et mère de trois enfants, n'y était pas pour rien. Mais à sa mort, l'entreprise sombre dans le chaos. Seule sa fille Ava, treize ans, semble en mesure de sauver les Bigtree du naufrage et de la menace du Monde de l'Obscur, leur redoutable concurrent... Sélectionné par le New York Times comme l'un des cinq meilleurs romans américains de l'année 2011, "Swamplandia" plonge le lecteur dans l'univers luxuriant et magique de Karen Russell, dont l'écriture inventive n'est pas la moindre des qualités. Originaire de la Floride, où se déroule ce premier roman classé par le New York Times comme un des meilleurs de l'année passée, Karen Russell est considérée par le New Yorker et la revue britannique Granta comme un des vingt jeunes auteurs américains les plus talentueux. "Swamplandia" a été un des trois finalistes du prix Pulitzer 2012 (non attribué, les jurés n'ayant pu se mettre d'accord). Il est en cours de traduction dans une quinzaine de langues.

 




 

Publié dans Dialogues

Commenter cet article