Molière et Corneille/ /Molière ou Corneille! (Francophonies)

Publié le par Rosario Duarte da Costa

Photo: www.toutmoliere.net

 

Molière et Corneille/ Molière ou Corneille!

 

Il y a des enquêtes. Et, d’autres investigations qui bouleversent

parfois !

Sachez, que Molière est l’icône de la littérature et du théâtre

Français. Être acteur et auteur, ce n’est pas rien.

Mais, Dominique Labbe (professeur et chercheur, à l’Institut

Politique de Grenoble), a écrit un livre intitulé:

« Molière n’a pas écrit »

Dom Juan et Tartuffe…

ce qui met en interrogation, ce que l’on pensait jusqu’à maintenant.

Lisez-le et, dîtes-moi, ce que vous en pensez !

Rosario Duarte da Costa

Copyright

19/12/2012

 

  http://www.pacte-grenoble.fr/blog/si-deux-et-deux-font-quatre-moliere-na-pas-ecrit-dom-juan-dominique-labb/

Si deux et deux font quatre, Molière n’a pas écrit Dom Juan / Dominique Labb

Si deux et deux font quatre, Molière n’a pas écrit Dom Juan / Dominique Labbé. Paris : Max Milo, oct. 2009, 260 p.
ISBN : 978-2-35341-073-6

Le livre présente les principales pièces du « dossier Molière ».
Les documents du XVIIe montrent que Molière était un riche comédien, financier, homme de cour qui se faisait passer pour serviteur du roi et pour noble. En revanche, il n’existe aucune attestation de sa supposée activité créatrice : pas de manuscrit, aucune correspondance, aucun témoignage d’un de ses contemporains qui l’ait vu écrire. Son emploi du temps ne lui permettait d’ailleurs pas de composer les pièces qu’on lui attribue.

Dès le début de la carrière de Molière à Paris (1659), des rumeurs ont couru sur la paternité des oeuvres qu’il présentait et plusieurs personnes, bien informées, ont indiqué qu’il était le prête-nom de Pierre Corneille. Plusieurs contemporains – dont Boileau – ont également accusé Pierre Corneille et son frère Thomas d’être des « plumes mercenaires », saouls de gloire et affamés d’argent. En effet, l’examen du budget des deux frères Corneille – durant les années 1659-1673 pendant lesquelles Molière est censé avoir écrit ses pièces – montre une impasse considérable entre leurs revenus officiels et les énormes dépenses qu’ils ont consenties pour établir leurs enfants.

Un examen de la production théâtrale du temps prouve que cette collaboration entre un comédien et un grand écrivain était la règle pour produire les comédies qui répondaient aux attentes du public et des comédiens mais qui étaient condamnées par les élites et l’Eglise. C’est le système du « comédien poète » qu’ont utilisé plusieurs écrivains célèbres pour produire des pièces légères mais rémunératrices. Une analyse scientifique des textes parus sous le nom de Molière confirme ces indices concordants. Elle démontre que P. Corneille a écrit toutes les pièces en vers de Molière (notamment l’Ecole des femmes, Le Misanthrope, Tartuffe, Les Femmes savantes…) ainsi que L’Avare, Dom Juan et au moins quatre actes sur cinq du Bourgeois gentilhomme et du Malade imaginaire.

Enfin le livre explique comment, bien après la mort de Molière, se sont formées deux légendes contraires (Molière le grand auteur contestataire et Corneille l’écrivain ennuyeux).

Ce livre rigoureux se lit comme une enquête policière. On y découvrira en arrière-plan la naissance du théâtre moderne.

Ecouter Une émission scientifique de la radio suisse romande »

 

Publié dans Dialogues

Commenter cet article