Le 14 Juillet 2012: (La Fête Nationale de la France)

Publié le par Rosario Duarte da Costa

 

Le 14 Juillet (La Fête Nationale de la France)

 

Oui, c’est bien cela. Le 14 Juillet est la Fête Nationale Française.

Bon Anniversaire, la France !

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                  Depuis 1789, c’est la Fête de la Révolution…

 

Petit rappel :

 

Après les grandes pluies de 1787 avec des inondations, période

suivie de grande sécheresse (1788), les récoltes s’affaiblissent et

les produits sont devenus chers.

Au même temps cette situation rendra la France agricole  malade

car, les revenus des fermiers s’abaissent, tandis que les prestations féodales croissent.

Alors, la Révolution est née, ouvrant une nouvelle période qui se

tient devant la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen.

Sans entrer dans le détail de l’Histoire, je voulais dire –tout simplement, que la France née de la Révolution, ne peut mourir

bouche fermée, dans un trou sans liberté !

Rosario Duarte da Costa

Copyright

13/07/2012

 

www.lepoint.fr

Notre fête nationale fait davantage référence à la fête de la Fédération qu'à la prise de la Bastille. Histoire d'une méprise...

Fêter le 14 Juillet dans les pétarades et les feux d'artifice commémore la chute de la Bastille, cette imposante forteresse où les rois emprisonnaient ceux qui leur déplaisaient par simple lettre de cachet.

Fêter le 14 Juillet dans les pétarades et les feux d'artifice commémore la chute de la Bastille, cette imposante forteresse où les rois emprisonnaient ceux qui leur déplaisaient par simple lettre de cachet. © The Art Archive / Musée

 

 

 

 

 

Pour la grande majorité des Français, fêter le 14 Juillet dans les pétarades et les feux d'artifice commémore la chute de la Bastille, cette imposante forteresse où les rois emprisonnaient ceux qui leur déplaisaient par simple lettre de cachet. Ce jour-là, en plein été 1789, une foule de Parisiens parvient à investir la place forte en négociant avec son gouverneur : il aura la vie sauve contre l'ouverture du pont-levis. Les émeutiers promettent tout ce que l'on veut, ils veulent à tout prix récupérer la poudre pour utiliser leurs fusils contre les troupes du roi qui se font menaçantes.

On connaît la suite : la garnison se fait écharper, le gouverneur est traîné dans les rues, une épaule ouverte par un coup d'épée. Il supplie qu'on l'achève, ce qui est fait à coups de baïonnette, tandis qu'un garçon cuisinier s'applique à découper sa tête pour en garnir une pique. On libère les prisonniers du "despote" : deux fous - vite renfermés à Charenton -, quatre faussaires et un dangereux pervers, noble de surcroît... Mais qu'importe ! Un symbole est tombé, Versailles tremble, les princes de sang prennent le large, la Révolution est cette fois bien lancée.

Un an plus tard, il s'agit de célébrer l'événement. Que faire ? Le roi est toujours là, aimé du peuple, la République n'est pas encore proclamée. Le 14 juillet 1790, une grande fête de la Fédération est organisée sur le Champ-de-Mars, en face de l'école militaire. L'idée est de symboliser l'unité nationale autour des députés et du souverain. Sur la grande esplanade, entourée d'immenses tribunes où se pressent des dizaines de milliers de Français, se dresse l'autel de la patrie. Sur cette plate-forme de six mètres de haut, le cauteleux Talleyrand, alors évêque d'Autun, célèbre une grand-messe, assisté par trois cents prêtres et de quatre cents enfants de choeur ! Te Deum, coups de canon, défilés des représentants des départements français... À la fin de la grandiose cérémonie, le roi s'avance et jure de maintenir la Constitution et d'être fidèle aux lois : Marie-Antoinette soulève son fils, la famille royale est acclamée, ainsi que le dauphin. Ce sera l'une des dernières manifestations populaires d'adhésion à la royauté, dans un grand mouvement d'unité nationale.

Débats

La fête nationale est née, mais ne survivra pas longtemps aux aléas de l'histoire. Les révolutionnaires multiplieront par la suite les fêtes symboliques, dont celle du 1er vendémiaire (septembre) en l'honneur de la République. Bonaparte établira la Saint-Napoléon, vite reprise par son neveu l'empereur Napoléon III, arrivé au pouvoir. Et lorsque les députés de la IIIe République naissante décident d'instaurer une fête nationale, la question divise la Chambre. On cherche d'abord des dates et des symboles : le serment du Jeu de paume, la Déclaration des droits de l'homme ou encore l'instauration de la Ire république en septembre 1792 ? En 1880, le député de la Seine, Benjamin Raspail, dépose une loi pour adopter le 14 juillet comme jour de fête nationale. Les débats font rage...

Faut-il célébrer l'émeute de la Bastille, sanglante et au final peu glorieuse aux yeux de certains, ou bien honorer la fête de la Fédération, qui symbolise davantage l'esprit national ? Finalement, les élus acceptent la deuxième solution : évoquer et perpétuer une grande fête pacifique qui célébrait elle-même une émeute populaire. "Le 14 juillet 1790 est le plus beau jour de l'histoire de France, et peut-être de toute l'histoire !" s'enflamment les sénateurs. "Cette seconde journée n'a coûté ni une goûte de sang ni une larme... Elle symbolise l'union fraternelle de toutes les parties de la France." Le subtil compromis emporte les suffrages. C'est ainsi que, chaque 14 juillet, nous célébrons d'abord une ancienne fête patriotique, bénie par l'Église et présidée par un ancien roi de France...

 

 

 

 

 

Publié dans Dialogues

Commenter cet article