J’ai une grande tendresse à me rappeler, de José Saramago!

Publié le par Rosario Duarte da Costa

Canteiro de tulipas para vcs

Auteure Drosófila"olhares.com

PDSOL em Moledo

J’ai une grande tendresse à me rappeler,

 de José Saramago 

 

J’ignore pourquoi mais, par ces temps de plus en plus difficiles,

où nos sociétés souffrent de plus en plus et, en Europe tout particulièrement, du fait du poids de la crise de leur Pays, où

s’ajoutent les crises des autres Pays Européens, j’ai une grande

tendresse à me rappeler de José Saramago aujourd’hui enfoui

dans l’éternité mais, qui nous avait bien fait savoir le poids de

notre cécité dans un monde de plus en plus individualiste et,

de moins en moins solidaire !

 

Ce fut bien lui qui a su nous démontrer que la démocratie

Portugaise était en état de léthargie, et que le peuple de son

Pays devenu amorphe, commençait à perdre sa dignité.

 

Il nous a bien fait comprendre l’abrutissent des stratus sociétaux,

incapables de se mouiller dans eaux sales du Portugal, pour

enlever les impuretés et rendre la Patrie propre, au-dessus du

ciel bleu.

 

Oui, je pense à José (permettez-moi d’utiliser de la tendresse)

-comme s’il fut mon frère d’utérus -car, il n’a pas menti et me

fait rappeler Montaigne dans ses « Lettres ».

 

Il nous manque le la clairvoyance et de la lucidité ; il nous

manque…

Et nous manquons de volonté, et de capacité pour abattre tous

les mauvais pigeons qui nous ont mangé toutes les denrées !

Rosario Duarte da Costa

Copyright

14/07/2012

 

VER E OUVIR

 

Publié dans Auteurs Lusophones...

Commenter cet article