Excertos para o futuro! ( avec Hollande!)

Publié le par Rosario Duarte da Costa

Excertos para o futuro!

 

Excertos para o futuro...

 

- Sabem para onde nos levam?!

Penso que não. Levam-nos para onde os deixarmos ír...
Porque se ficarmos estáticos e, deboca aberta, a nossa passividade

também nos tornará culpados.

- E sabem porque é que nos querem levar?:

Porque nos consideram incapazes, brutos, e tudo o mais. Será que

tomamos consciência, de que o mundo deverá ser à nossa medida, e não à dos grandes monopólios internacionais que nos expremem?!

Aposto. Já me estão a chamar “gauchiste”. Mais, vous n’avez rien compris!

Rosario Duarte da Costa

Copyright

19/07/2012(over-blog)

 

 

www.lepoint.fr

Point.fr - Publié le 31/07/2012 à 16:04 - Modifié le 31/07/2012 à 16:13

Sylvie Pierre-Brossolette

Le regard

Le Point.fr - Publié le 31/07/2012 à 16:04 - Modifié le 31/07/2012 à 16:13

Il a fait de la prudence et du consensus une méthode de gouvernement. Et, pour l'instant, cela plaît !

 

Voilà près de trois mois que François Hollande est président de la République. Il va vers le seuil symbolique des 100 jours, pendant lesquels, selon les spécialistes, le sort d'un mandat se jouerait. Son prédécesseur, notamment, en a fait la désagréable expérience : cinq ans après son entrée à l'Élysée, on reprochait encore à Nicolas Sarkozy la soirée du Fouquet's ! C'est pourquoi l'actuel chef de l'État a mis un soin particulier dans sa communication postélectorale.

Les premières images restent ancrées pour longtemps. Le président "normal" a donc respecté la ligne de conduite annoncée : train de vie réduit, simplicité du contact, rééquilibrage (apparent) des pouvoirs, guerre aux riches. Les débuts de Hollande ont révélé un homme qui avait tiré les leçons du passé. Pas question de trahir les électeurs lors d'un quelconque tournant. Tenir ce qu'il a promis est une idée fixe chez l'ex-élu de Corrèze.

Prendre le contre-pied de Sarkozy

Des efforts, il y en a, mais il les avait annoncés. Il y a surtout une chasse faite aux plus aisés, particuliers ou entreprises, seule manière de justifier, dans le futur, les sacrifices qui seront demandés, aussi, aux moins fortunés. Cela peut surprendre certains, en décevoir d'autres, mais il est intéressant de constater que François Hollande, supposé modéré, n'a pas renié ses engagements de campagne, quitte à apparaître comme le socialiste qui ait été au pouvoir le plus intransigeant avec l'argent. Pour le reste, on a découvert un président qui tenait la route, pas ridicule dans les sommets, menant les relations internationales comme des négociations du Parti socialiste, aboutissant à une synthèse applaudie par une majorité de Français.

Dans les affaires internes, la méthode est également la concertation, élevée au rang de grand art. Sur le social, la bioéthique, les institutions, l'audiovisuel et on en passe, des commissions travaillent à fabriquer du consensus. Cela prend du temps, mais évite les drames. L'Élysée se plaît à souligner que la brusquerie de Nicolas Sarkozy explique en large partie son échec. Les petits pas de François Hollande seraient la clef de ses futurs succès. Les amateurs de rupture ou de gestes forts en seront pour leurs frais. Les grandes réformes de structure attendront. L'essentiel étant d'être fidèle à soi-même, au moins pendant les 100 premiers jours...

 

 

Publié dans Dialogues

Commenter cet article