Entretien d'embauche: Tous ces “à priori” qui se posent devant notre nez!

Publié le par Rosario Duarte da Costa

Cordiale poignée de mains,

 

 

Entretien d'embauche

Tous ces “à priori” qui se posent devant notre nez!

 

Il y a très longtemps, je passais des entretiens pour un poste à

haute responsabilité dans un Cabinet Recrutement parisien.

 

Durant l’entretien l’intervieweur  me posa la question :

- Dîtes-moi, quelles sont les femmes que vous préférez ?!

Je répondis sans trop y penser : Anaïs Nin et, Marguerite Duras …

- Ah, je vois me dit le recruteur !

 

Il semblait méfiant par rapport à ma réponse et, continua :

- Mais, y pourquoi ?!

Je lui répondis que ces deux femmes me paraissaient aller au-delà

de leurs époques, et donc qu’elles voyaient loin .

 

- Le recruteur m’a paru confus et me dit timidement : vous pensiez

à leurs relations amoureuses ?!

 

Pas du tout. Tout simplement à l’être humain. Le fait d’oser

affronter la société, en se présentant comme des êtres affirmés et capables de résister aux pressions imposées par le monde, c’est ce

qui me semble le plus intéressant.

 

Il tapota son stylo sur son bureau puis me dit :

Et si je décidais d’appeler votre mari tout de suite, qu’est ce qu’il

me dirai de vous ?!

Surprise, je lui dis : - Je l’ignore mais, le mieux c’est que vous

l’appeliez tout de suite…

 

Le recruteur me regarda et me dit :

Bien, c’est tout pour aujourd’hui. Vous pourrez partir, on vous re-contactera.

 

Je suis rentrée à Lyon. Quelques jours après, il me convoqua à un nouvel entretien, qui se solderait par un refus ou bien, par un

nouvel entretien. Ayant d'autres projets, je ne  voulais pas y aller.

Mais, franchement, je n’avais  pas envie de tomber dans encore

dans le ridicule!

 

Ce que je veux dire par là, c'est qu'un entretien doit être bien

préparé,  et on doit répondre à toutes les questions de la meilleure

manière. Mais, il y a des fois où, le recruteur abuse des candidats

et, il faudra garder son sang froid!

Rosario Duarte da Costa

Copyright

04/06/2012

 

Publié dans Dialogues

Commenter cet article