Eleições Legislativas em França!

Publié le par Rosario Duarte da Costa

 

Le Point.fr - Publié le 10/06/2012 à 18:59 - Modifié le 11/06/2012 à 10:49

Le Point.fr - Publié le 10/06/2012 à 18:59 - Modifié le 11/06/2012 à 10:49

Législatives 2012, premier tour : tous les résultats

Eleições Legislativas em França

 

Hoje mesmo, foi a  primeira parte das eleições legislativas em França!

Chuvoso o dia. Pensar-se-ía que isso incitaria um grande números de votantes.

Porém, às 17h apenas 21,06% de pessoas tinha votado em França.

E, às 17h 48,31%.

Os peritos, perante BFM Télé disseram que se esperava mais ou menos

60% de votantes às 20 horas. O que não é muito.

Mas, tudo dependerá de saber em quem votaram, quais são os partidos

à cabeça dos resultados...

É!

Rosario Duarte da Costa

Copyright

10/6/2012

 

Lyon:

 

 

Benoît Hamon et Cécile Duflot sont venus à Lyon soutenir Philippe Meirieu, candidat EELV investi par le PS, au grand dam de Gérard Collomb.

De notre correspondante à Lyon,

 

Le ton monte sévèrement dans la première circonscription de Lyon, où les ministres Cécile Duflot et Benoît Hamon ont dû se livrer vendredi matin à une véritable partie de cache-cache pour venir soutenir Philippe Meirieu, candidat écologiste investi par le PS, en évitant les militants socialistes proches du maire Gérard Collomb. "On redoute les provocations et même la bagarre", confie-t-on dans l'équipe de Meirieu. La suppléante socialiste de Philippe Meirieu, Nathalie Perrin, assure que ses colleurs d'affiches ont été dernièrement pris à partie et agressés par le camp adverse, ce qui a donné lieu à des dépôts de mains courantes.

Sous une pluie battante, les deux ministres ont donc dû déjouer le programme officiel et changer de lieu de rendez-vous pour atterrir finalement en catimini dans un bistrot de quartier à Perrache, près de la gare, pour délivrer leur message. Cécile Duflot, la ministre du Logement et encore pour quelques jours secrétaire nationale d'EELV, en délicatesse avec le gouvernement depuis sa sortie sur la dépénalisation du cannabis, a tenu à jouer l'unité, localement comme nationalement. "La candidature de Philippe Meirieu représente tout ce que nous voulons au niveau national, un rassemblement entre écologistes et socialistes, ce qui nous permet de gagner, d'avoir un président de la République de gauche qui agit dans la robustesse et la diversité."

Elle n'a pas hésité à dénoncer "les violences politiques" de la campagne à Lyon, qui se termine devant les tribunaux au sein de la gauche. "Là on touche vraiment la limite, la frontière. Nous, on refuse délibérément la logique de l'escalade."

"Il faudra recoudre" (Hamon)

Pour Benoît Hamon (PS), ministre chargé de l'Économie sociale et solidaire, qui dit être là comme ministre mais surtout comme représentant politique, "le gouvernement de Jean-Marc Ayrault souhaite une majorité large et Philippe Meirieu comme parlementaire".

Il n'est pas favorable pour autant à l'exclusion du PS de Gérard Collomb, le maire rebelle qui soutient son propre candidat, son adjoint aux sports Thierry Braillard, contre l'écologiste Meirieu officiellement investi par Solférino. "Après le premier tour, il faudra réparer, il faudra recoudre, il faudra rassembler, rappelle-t-il en pensant à l'après-10 juin. "On ne va pas faire une cohorte d'exclus du PS, la priorité n'est pas de faire exclure un tel ou un tel. Il y a dans cette ville de grands dirigeants qui gèrent bien leur ville."

La réplique ne s'est pas fait attendre et la guerre des investitures s'est poursuivie quelques minutes plus tard. "Je pensais que les candidats officiels, désignés par Paris, c'était une époque révolue, ça date de Napoléon III", a lancé Gérard Collomb. Il s'est d'abord étonné : "Les ministres n'ont rien à faire de plus urgent que de venir comme ça entre deux trains ?" Avant d'ironiser : "C'est vrai que Cécile Duflot s'est bien servie dans cet accord en récupérant une circonscription où François Hollande a réalisé 70 % à la présidentielle." "Pour Benoît Hamon, c'est pareil, il est candidat dans une circonscription qui a donné 68 % à Hollande."










Click here to find out more!

 

Publié dans Dialogues

Commenter cet article