Anda tudo doido!

Publié le par Rosario Duarte da Costa

 

Anda tudo doido!

 

Anda tudo doido!

Não sei se é um fado, ou bem se é enfado...

Mas sei, que anda tudo doido!

A crise que se pode chamar como eu já disse de todos os nomes:

política, económica, financeira, social, cultural... e ainda crise

sistémica, sa dívida, e tudo o mais e, que se estende cada vez

mais nesta super Europa dos grandes senhores, dos parlamentares

e tudo o mais. Agora a situação Chipriota, onde obrigam as pessoas

a pagarem aos bancos uma taxa sobre os depósitos, isto é de 10%

para os particulares médios e pobres. Vergonha!

 

E dentro desta Europa, só as agências de notação dirigidas pelos financeiros, vão com o vento em poupa!

Esta situação acarreta por um lado o enriquecimento de alguns

dizem mesmo que o aumento é de 50%- e, o apobrecimento da

maioria. Até porque as classes médias irão descer de escalão.

Vergonhoso, não?!

 

E o tempo. Vejai o comprimento deste inverno que não cessou

nem a frieza, nem as tempestades de neve e, a incidência desta

situação sobre a nossa vida: aspecto físico, moral, intelectual e,,

mesmo financeiro.

Já chega!

Rosario Duarte da Costa

Copyright

16/03/2013

 

 

www.lemonde.fr

Le plan de sauvetage de Chypre inquiète les marchés

Le Monde.fr avec Reuters | 18.03.2013 à 05h00 • Mis à jour le 18.03.2013 à 08h52

Le gouvernement a reporté à lundi une session du Parlement pour discuter d'une taxation des dépôts bancaires dans le cadre du plan d'aide européen. Le gouvernement a reporté à lundi une session du Parlement pour discuter d'une taxation des dépôts bancaires dans le cadre du plan d'aide européen. | AFP/BARBARA LABORDE

L'euro plongeait lundi 18 mars à moins de 1,30 dollar après l'annonce de la taxation des dépôts bancaires chypriotes dans le cadre du plan d'aide au pays, mesure interprétée par les marchés comme un dangereux précédent et susceptible de déclencher des retraits massifs dans d'autres Etats de la zone euro.

Lire : Un plan de sauvetage de 10 milliards d'euros pour Chypre

Elle prévoit notamment une taxe de 9,9 % sur les dépôts supérieurs à 100 000 euros et de 6,7 % en deçà. Dimanche soir, des sources proches des négociations indiquaient que Chypre discutait avec ses créanciers internationaux afin de moduler ces chiffres.

Le pays proposerait une taxe exceptionnelle de 3 % sur les comptes jusqu'à 100 000 euros afin d'éviter de pénaliser les petits épargnants et de 12,5 % pour les dépôts supérieurs à cette somme. Le Parlement chypriote doit se réunir lundi pour voter ou non le plan de sauvetage décidé par l'Eurogroupe à Bruxelles.

Selon la chaîne privée Sigma TV, des négociations sont en cours avec la Banque centrale afin que les établissements restent fermés mardi, après le lundi férié, pour empêcher des retraits massifs de fonds dans un vent de panique.

Lire notre éclairage : Qu'est-ce qui fait trembler l'économie chypriote ?

Résultats : en Asie, la devise européenne s'échange à 1,290 1 dollar, en baisse de 1,3 % par rapport à son niveau vendredi à New York, après être tombée à un moment à moins de 1,29 dollar sur la plate-forme d'échange EBS (à 1,288 8 dollar), son plus bas niveau depuis le 10 décembre.

 INQUIÉTUDE DES MARCHÉS

Les Bourses ont également accusé le coup. A Tokyo, l'indice Nikkei 225 des valeurs vedettes perdait 2,1 % à la pause de la mi-journée. Vers 4 h 15 à Paris, Sydney reculait de 1,44 %, Hongkong de 1,99 %, Shanghaï de 0,62 % et Séoul de 0,60 %.

"La question n'est pas simplement de savoir si le gouvernement de Chypre soutient le plan de sauvetage. Le marché s'inquiète de ce que cette annonce peut envoyer un message négatif sur la sécurité des dépôts bancaires dans d'autres pays de la zone euro", soulignaient lundi matin les analystes de DBS Group Research dans une note.

Pour Shane Oliver, chef économiste chez AMP Capital à Sydney, "on a le sentiment que la crise de la zone euro pourrait réapparaître et qu'on pourrait avoir un effet de contagion, d'où la réaction du marché ce matin". "Je pense qu'on va entendre des déclarations rassurantes de la part d'autres pays indiquant que Chypre est un cas à part et que ce programme ne sera pas mis en place ailleurs", a-t-il déclaré à l'agence Dow Jones.

Le marché pétrolier se repliait lui aussi nettement lundi matin à Singapour. Le baril de light sweet crude perdait 1,18 dollar à 92,27 dollars et le baril de brent de la mer du Nord reculait de 1,34 dollar à 108,48 dollar.

 

 

Publié dans Dialogues

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article